Vous êtes ici : Accueil > Evénements > saison 2020

Historic Tour Dijon

Place aux « aoûtiens » !

En cette date peu habituelle de la mi-août, la deuxième séquence du Championnat de France Historique des circuits a débuté dans une agréable ambiance estivale. Des orages du matin au plein soleil de l’après-midi, les onze courses de ce dimanche d’été ont été émaillées de moult rebondissements. Au soir de ce deuxième rendez-vous de la saison 2020, le Championnat de France Historique des Circuits à maintenant rendez-vous avec le circuit de Charade.

Asavé Racing 65

Qualifs
Le top 5 : 1.Gruau (TVR Griffith), 2.J.Beltramelli (TVR Griffith), 3.Rousselot (Cobra Daytona), 4.Rossi (Shelby Mustang), 5.Germain (Jaguar type E).
En 2 mots : L’Asavé Racing 65 réunit ce week-end un plateau particulièrement qualitatif d’une quinzaine de « monstres sacrés » des sixties. Leurs pilotes se mesureront dimanche au fil d’une unique course d’une heure. Pour s’être montrés les plus rapide ce matin lors de la séance de qualifications, les pilotes des deux TVR Griffith 400, Didier Gruau et José Beltramelli, en prendront le départ depuis la première ligne de la grille de départ. La deuxième ligne aura aussi belle allure en réunissant la Shelby Cobra Daytona de pierre-François Rousselot et la Shelby Mulstang de l’Italien Manfredo Rossi di Montelera.

Course
Le top 5 : 1.Gruau (TVR Griffith), 2.Perou/Perou (Austin Healey 3000), 3.Germain (Jaguar type E), 4.Rousselot (Cobra Daytona), 4.Beltramelli/Beltramelli (Ford Cortina Lotus).
- En 2 mots : Ce dimanche, l’Asavé Racing 65 donne exceptionnellement lieu à une course d’une heure, à disputer seul ou en équipage. Dès l’entame de cette endurance, Didier Gruau place sa TVR Griffith 400 au sommet du classement, tandis que José Beltramelli réalise un festival derrière lui au volant de sa Cortina Lotus (en remplacement de sa propre TVR, victime d’un bris de pont en « qualifs »), avant de perdre un temps précieux à cause d’un souci d’alternateur. A l’heure des premiers arrêts aux stands, Didier Gruau mène toujours la danse devant Vincent Perou, bientôt relayé par son père Eric, et Pierre-François Rousselot au volant de sa précieuse Shelby Cobra Daytona. La fenêtre des arrêts refermée, Didier Gruau consolide sa position de leader d’une course finalement écourtée de dix minutes. La famille Perou termine deuxième sur son Austin Healey 3000, devant la « Type E » de Christophe Germain et la Cobra Daytona de Pierre-François Rousselot.

Asavé Racing 75

Qualifs
Le top 5 : 1.Brigand (Chevron B19), 2.Boissy/Miran (Ford Escort RS), 3.Gaubert/Gaubert (Porsche 911 2.8 RSR), 4.Perou (Chevron B8), 5.Zimmer/De Ferran (Grac MT14B). _ En 2 mots : A l’instar du plateau Asavé Racing 65, celui de l’Asavé Racing 75 est prétexte ce week-end à une endurance d’une heure dont le départ sera donné dimanche après-midi. Net dominateur lors des essais de ce matin, Emmanuel Brigand s’élancera depuis la pole au volant d’une magnifique Chevron B19 de 1971. La hiérarchie du jour le place devant la Ford Escort BDG des revenants (en Historic Tour) Claude Boissy et Alain Miran, la Porsche 911 RSR des Gaubert père et fils et la Chevron B8 d’Eric Perou, toutes trois pointées dans la même seconde.

Course
Le top 5 : 1.Brigand (Chevron B19), 2.Perou (Chevron B8), 3.Sechaud/Mestrot (Ford Escort RS), 4.Boissy/Miran (Ford Escort RS), 5.Wassermann (BMW 323i).
En 2 mots : Dès le départ de cette séduisante endurance d’une heure réunissant Protos et GT/Tourisme d’avant 1976, Emmanuel Brigand confirme sa pole de samedi matin. Le pilote de la Chevron B19 (équipé d’un Ford FVC 1800) prend logiquement le large, laissant Guillaume Gaubert (Porsche 911 RSR 2.8) aux prises avec les très véloces Ford Escort RS d’Eric Sechaud et de Claude Boissy. Au bout de vingt minutes, alors que s’ouvre la fenêtre des arrêts obligatoires aux stands, un Safety Car offre une belle opportunité d’y perdre un minimum de temps. En fins connaisseurs de l’endurance, José Beltramelli et Eric Perou saisissent cette aubaine. Cette fenêtre des arrêts refermée, la seconde demi-heure de course confirme la suprématie de la Chevron B19, loin devant la Porsche de Ghislain Gaubert et l’Escort RS de Guy Fabrice Mestrot, les équipiers respectifs de Guillaume Gaubert et Eric Sechaud. A l’amorce du dernier quart d’heure, Eric Perou vient se glisser entre eux aux commandes de son habituelle Chevron B8, puis continue sa remontée en s’emparant peu après de la deuxième place au détriment de Ghislain Gaubert, finalement trahi par sa mécanique à un tour de l’arrivée.

Voir les résultats du week-end

Texte : Jacques Furet - © Photos  : Guy Pawlak-Racingcarmedia

 

PortFolio