Vous êtes ici : Accueil > Evénements > Saison 2017

Historic Tour Nogaro

A l’occasion de la quatrième étape du Championnat de France Historique des Circuits, l’Historic Tour de Nogaro a tenu toutes ses promesses avec ses 22 courses tout au long d’un week-end à la météo incertaine.

Asave Racing 65

Qualifs
Engagés : 19 - Classement : 1.Gruau/Boissy (TVR Griffith), 2.Harper (Shelby Cobra 289), 3.Kohler (Diva GT), 4.Beltramelli (Chevrolet Corvette), 5.Vacher (Lotus Elan), etc.
En deux mots : Le très historique plateau Asavé Racing 65 sera prétexte à une course d’une heure dimanche en début d’après-midi. La TVR Griffith 400 de Didier Gruau et Claude Boissy en prendra le départ depuis la pole pour s’être montrée la plus performante lors des essais d’aujourd’hui. Distancé de 2,4’’, Philip Harper place sa Shelby Cobra au deuxième rang devant Damien Kohler (Diva GT) et José Beltramelli (Chevrolet Corvette). Engagé à bord d’une précieuse Alfa « tubolare », Lucien Guitteny se hisse en 9ème rang, tandis que le meilleur chrono d’une auto de la catégorie Tourisme revient au tandem Julien Gruau/Alain Miran à bord d’une imposante Ford Falcon.

Course
Engagés : 19 - Classement : 1.Harper (Shelby Cobra 289), 2.Beltramelli (Chevrolet Corvette), 3.Wilhelm (Jaguar type E), 4.Calas (Cortina Lotus), 5.Julien (Lotus Elan), etc.
En deux mots : Programmée sur une durée d’une heure, la course de l’Asavé Racing 65 voit Didier Gruau confirmer sa pole position en prenant l’avantage dès le départ. Mais la fête est de courte durée : au bout de deux tours, la TVR Griffith 400, que devait également piloter Claude Boissy, s’immobilise et laisse la Shelby Cobra 289 de Philip Harper la relayer au commandement. Passée la fenêtre des arrêts aux stands, ce dernier se retrouve à la lutte pour la victoire avec José Beltramelli (Chevrolet Corvette) pour les vingt dernières minutes. Le duel tourne à l’avantage de Philip Harper qui boucle finalement l’heure de course avec moins de huit secondes d’avance sur le pilote de la Corvette. Bernard Wilhelm hisse sa Jaguar Type E à la troisième place devant Sébastien Calas, vainqueur en Tourisme devant la Cooper de Philippe Quiriere et l’autre Ford Cortina Lotus d’Alain Pages. Septième à bord de son exceptionnelle Alfa Roméo GTZ, Lucien Guitteny évoluait trois rangs plus haut au moment d’effectuer un stop and go. Encore moins chanceux, le tandem Julien Gruau/Alain Miran (Ford Falcon) est privé d’un podium par un abandon à cinq minutes de l’arrivée.

Challenge GT Tourisme

Courses 1
Engagés : 13 (29 avec Saloon Car) - plateau commun avec le Trophée Saloon Car - Classement : Course 1 : 1. Morel (Porsche 930), 2.Gaubert (Porsche 911 2.8), 3.Cruvelier (Porsche 930), 4.Belleteste (Porsche 911 SC), 5.Doe (Ford Capri 3L), etc.
En deux mots : « Seulement » crédité du deuxième chrono aux essais, Franck Morel retrouve son rang habituel dès le premier tour, laissant le « poleman » Didier Cruvelier, à bord d’une autre Porsche 930 turbo, s’expliquer avec Ghislain Gaubert pour le gain de la deuxième place. A distance de l’insatiable Morel, les deux hommes bataillent jusqu’à l’arrivée qui voit le second obtenir le dernier mot pour 1,7’’. Au volant de sa Ford capri 3L, John Doe hisse la première « Tourisme » au cinquième rang.

Course 2
Engagés : 13 (29 avec Saloon Car) - plateau commun avec le Trophée Saloon Car. Classement : 1. Morel (Porsche 930), 2.Gaubert (Porsche 911 2.8), 3.Cruvelier (Porsche 930), 4.Belleteste (Porsche 911 SC), 5.Doe (Ford Capri 3L), etc.
En deux mots : Selon un refrain bien connu, Franck Morel prend immédiatement les devants, suivi de son camarade Ghislain Gaubert, bientôt distancé. Au terme des 14 tours de course, il n’en conserve pas moins la deuxième place derrière l’inaccessible Morel avec 23’’ d’avance sur le troisième homme du jour, Didier Cruvelier. Le podium du samedi est ainsi reconduit. Franck Morel s’offre même le luxe de devancer le vainqueur du trophée Saloon Car. Et comme la veille, John Doe (Ford Capri 3L) place la première voiture de Tourisme au cinquième rang, précédant l’autre Capri de Jean-Sébastien Pomart et la BMW 530 ius de Philippe Truffier.

Texte : Jacques Furet