Vous êtes ici : Accueil > Evénements > Saison 2014

Ma course à Charade... par Vincent Jimenez

Charade , un nom mythique qui resonne dans toutes les oreilles des apprentis pilotes !!!! Apres avoir renoncé au grand prix historique de Pau à cause d’une boite de vitesse récalcitrante , je decide d’aller disputer l’Historacing de Charade pour la 1ere fois et nous savons tous ce que signifie une 1ere fois...

Je ne vous ferai pas le plaisir de vous raconter ma 1ère experience sexuelle mais pour faire court ,les 1ers mots que m’adressa ma partenaire, une fois passé les 17 secondes de bonheur partagé, furent : ” tu m’as raté comme un chef “. On pourra comparer ce grand moment d’histoire à l’élection de Mandela apres 25 ans de prison, aux accords de Camp David, à la phrase mythique de Kennedy “ich bin ein Berliner “, au debarquement de 44 voire à l’election de Copé à la tete de l’UMP.

Vous l’aurez compris , je debarque à Charade avec une certaine appréhension due aussi bien à ce souvenir malheureux, qu’à la presence trés proches de murs sur le bord de la piste...

Les deux séance d’essais libres confirmeront mes craintes, on ne devient pas le Rocco Siffredi du VHC, le Maradona de l’ancienne voir le Copé de Charade en 50 minutes. Ca sent le fond de la grille en compagnie des handicapés du volant ( cul de jattes, mals voyants, sans bras , Rmp356, voir gente feminine ).

On pourra tout dire mais pas remettre en cause mes talents de voyant : 28ème place au scratch ( sur 42 ) et 14ème en ASAVE en qualifs, un chrono digne d’un skieur africain sur les pistes enneigées de Val d‘isère !!!!!

Le bon coté des choses , c’est que je ne pourrai pas faire pire en course, et je n’aurais pas une pression énorme au départ. Après une soirée à noyer ma médiocrité dans l’alcool en compagnie de mes potes apprentis pilotes, je me leve tout guilleret en ce dimanche matin... Un signe du bon dieu ? Un message divin ? Je ne saurais le dire, mais mon érection matinale physiologique, digne d’un ado pré pubere parcourant un bon vieux LUI, me laisse à penser que ca va chier velu !!!!

Départ lancé, ma tuerie bondit (enfin je m’emballe un peu ), mais je reussis à gagner quelques places dés les premiers 500m. Ensuite je reste un peu bloqué par une A310 et une Berlinette, mais sur ce circuit, le couple est primordial pour les relances et ma tuerie, c’est pas son fort. De plus, les lignes droites ne sont pas longues, ce qui m’empeche de faire parler les watts de mon 2.5L.

Mais bon je reussirais tout de meme à les niquer aux bouts des 2 lignes droites. On ne se rend pas trop compte sur la video (voir en bas de cet article), mais c’etait assez chaud, surtout sur la Berlinette.

Je passerais les 3/4 de la course à essayer de doubler des mecs devant et à ne pas me faire niquer par les mecs derrières. Franchement quand le drapeau à damier arrive, je suis soulagé.

Je finis 17ème au scratch et 9ème en ASAVE et surtout j’améliore mes chronos de 4 sec ( 2.20 ). Par contre comme vous l’aurez noté les trajectoires et le pilotage ne sont pas des plus propres. Je manque encore de relachement et de lucidité, quand il faut que je nique et que je ne me fasse pas niquer en meme temps.

Pour le départ de la 2eme manche, je suis donc 9ème (ASAVE) sur la grille... Nouveau départ lancé et une nouvelle fois mon départ est bon : je me retrouve 4ème à la fin du 1er tour.

Par contre, comme prévu le message divin, la main de dieu, en gros tout ce que mon erection matinale laissait entrevoir, n’est plus là et c’est le plus logiquement du monde que je perds 2 places pour terminer 6ème dans les roues du 5ème.

Par contre, pas de video de cette 2ème manche, car j’ai laissé la camera allumée apres la 1ere course et donc plus de batterie...

PS : pour ceux que cela intéresse, je peux envoyer la video du paddock de Charade en statique depuis ma caisse, cela dure 1 heure et c’est digne des grandes emissions culturelles.

Voila rendez vous aprés l’été à Nogaro, et là, ca va pas etre là même : Charade n’est pas Nogaro ( mon jardin ) et puis surtout ........ Copé n’est plus president de l’UMP.

Texte : Vincent Jimenez - © Photos : Photosports

 

PortFolio